. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

… Les écrivains et la presse

Dans le cadre d’un cycle de manifestations organisé par la BnF jusqu’au mois d’avril, le blog Gallica publie une série de billets sur les écrivains et la presse.

L’occasion de dépeindre une relation féconde, entre attraction et répulsion : beaucoup d’écrivains publient dans la presse, tout en s’en plaignant ; tout comme la presse se plaint des écrivains. L’exemple le plus extrême est celui de Flaubert : "Mais toutes les fois qu'on a à faire avec la presse, il faut s'attendre à des sottises, se presser étant le seul principe de ces messieurs." Le seul intérêt du journalisme, à ses yeux, est de gagner de l’argent. Avec humour, Proust évoque, dans un article publié dans Le Figaro et à propos du même journal, "cet acte abominable et voluptueux qui s’appelle lire le journal". Quant à Zola, il s’inquiète en 1894 de cette formule nouvelle, l’information, et de "l’état de surexcitation nerveuse" dans lequel le journalisme actuel tient la nation"… 

Lire la suite du billet introductif.
Dans la série "Les écrivains et la presse", retrouvez dès aujourd’hui les épisodes consacrés à George Sand, Marcel Proust et Colette. A paraître : Emile Zola, Guillaume Apollinaire, Louis Aragon.

George Sand photographiée par Nadar<br>============================

George Sand photographiée par Nadar
============================

Marcel Proust dessiné par André Székely de Doba<br>============================

Marcel Proust dessiné par André Székely de Doba
============================