. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Mon beau sapin, roi des forêts...

L’usage d’un sapin au moment de la célébration de Noël remonte au Moyen Âge : au XIe siècle se jouaient les "jeux du Paradis", sur les parvis ou dans le chœur des églises, au cours desquels l’arbre du Paradis était représenté par un sapin garni de pommes rouges.

La coutume du sapin de Noël a véritablement pris son essor en Allemagne. La toute première mention écrite de cette coutume remonte à 1521, dans un livre de comptes de la ville de Sélestat, appartenant à l’époque au Saint-Empire romain germanique. Martin Luther aurait été le premier à introduire un sapin de Noël illuminé dans sa maison.

Le sapin de Noël était à l’origine orné de bougies, d’oublies (pâtisseries rondes et minces), de fruits, de fleurs en papier. Traditionnellement, on y accrochait des pommes mais, en 1858, une grande sécheresse priva l’Europe de l’Ouest de ses pommes. À Meisenthal en Moselle, un artisan verrier eut l’idée de créer des boules pour les remplacer.

C’est par l’Alsace que la tradition du sapin (parfois suspendu au plafond) arrive en France, au début du XVIIe siècle. Il est au centre de la fête de Noël en famille.

Lire la suite du billet sur le blog Gallica.

La décoration du sapin de Noël, 1967<br>============================

La décoration du sapin de Noël, 1967
============================

Menu de Noël, 1889<br>============================

Menu de Noël, 1889
============================